Fautes de syntaxe : le top 15

Les fautes de syntaxe sont des erreurs dans la structure grammaticale d’une phrase ou d’un texte. Elles surviennent lorsque les règles de l’ordre et la combinaison des mots ne sont pas respectées. Les fautes de syntaxe peuvent inclure des erreurs telles que des mauvais accords de sujet et de verbe, l’utilisation incorrecte de la ponctuation, […]

Les fautes de syntaxe sont des erreurs dans la structure grammaticale d’une phrase ou d’un texte. Elles surviennent lorsque les règles de l’ordre et la combinaison des mots ne sont pas respectées. Les fautes de syntaxe peuvent inclure des erreurs telles que des mauvais accords de sujet et de verbe, l’utilisation incorrecte de la ponctuation, l’omission de mots ou de phrases essentielles, ou la construction de phrases incohérentes. Elles peuvent rendre un texte difficile à comprendre ou lui donner un sens différent de celui souhaité. Il est donc important d’y prêter attention lors de la rédaction ou de la communication écrite. Nous allons essayer de passer en revue les principales fautes de syntaxe. Nous verrons aussi comment les éviter.

Repérer les fautes de syntaxe

1. Le mauvais accord du verbe avec son sujet

Il peut s’agir d’un accord incorrect en personne. Par exemple : « Tu a fait une promenade » au lieu de « Tu as fait une promenade ».

L’accord peut également être incorrect en nombre. Par exemple : « Les chats mange les souris » au lieu de « Les chats mangent les souris ».

L’accord est incorrect en genre lorsque le verbe ne s’accorde pas correctement avec le sujet en termes de genre. Par exemple : « La petite fille était parti jouer au parc » au lieu de « La petite fille était partie jouer au parc ».

Il convient de se méfier de l’accord du verbe avec un sujet collectif. Par exemple, il ne faut pas écrire « La troupe de danseurs dansent bien » mais « La troupe de danseurs danse bien ».

Si le sujet est composé, il faut veiller à accorder le verbe au pluriel. Par exemple, on n’écrira pas « Jean et Marie aime le chocolat » mais « Jean et Marie aiment le chocolat ».

Notez que ces fautes de syntaxe ne « s’entendent » pas lors d’une lecture à voix haute. Elles peuvent être facilement corrigées en vérifiant attentivement la concordance entre le sujet et le verbe dans la phrase.

2. L’anacoluthe : connaissez-vous cette faute de syntaxe ?

Il s’agit d’une faute de synaxe, ou plutôt d’une rupture de syntaxe. On va commencer une phrase avec une syntaxe, puis l’oublier au milieu de celle-ci, et créer une anacoluthe. En général, ces phrases comportent un participe présent ou passé, ou alors un infinitif qui n’a pas de sujet. Voici quelques exemples d’anacoluthes :

  • Avec un participe présent : En arrivant plus tôt au travail, ma réunion a été prête à l’heure prévue.
  • Avec un participe passé : Inspiré par mon collègue, mon rapport a été terminé dans les temps.
  • Avec un infinitif : Après avoir finalisé mes devis, ils furent adressés à mes clients.

Le premier verbe de chacune des phrases n’a pas de sujet. La structure syntaxique est donc incorrecte.

Voici ces phrases avec leurs fautes de syntaxe corrigées :

  • Étant donné que je suis arrivé plus tôt au travail, ma réunion a été prête à l’heure dite.
  • Comme j’étais inspiré par mon collègue, mon rapport a été terminé dans les temps.
  • Après que j’eus finalisé mes devis, ils furent adressés à mes clients.

Un sujet a été ajouté pour les trois phrases.

Lorsque vous commencez votre message par une apposition, elle doit être immédiatement suivie du mot auquel elle se rapporte. Ceci afin de ne pas créer d’anacoluthe.

  • Exemple avec anacoluthe : Rédacteur web, le contenu occupe mes journées.
  • Correction : Rédacteur web, je rédige du contenu toute la journée.

3. Le zeugme

Encore un nom bizarre ! Dans la famille des fautes de syntaxe, le zeugme est la coordination de plusieurs mots incompatibles : des noms, des adverbes ou des verbes. Une construction de phrases avec plusieurs verbes est possible, à la condition qu’ils s’emploient de la même façon. Un verbe transitif direct ne peut pas être coordonné avec une forme transitive indirecte. Par exemple : J’appelle et j’écris à mon copain. « Appeler quelqu’un » est un verbe transitif direct. « Écrire à quelqu’un » est transitif indirect. La construction correcte est donc : J’appelle mon copain et je lui écris.

4. La syllepse

La syllepse se produit lorsque l’on favorise le sens au détriment de la grammaire. C’est un problème d’accord en genre et en nombre. La syllepse fait partie des fautes de syntaxe que l’on commet plutôt à l’écrit. Corriger les fautes de ce type nécessite juste un peu d’attention.

Si on écrit « La foule étaient dense » au lieu de « La foule était dense », il y a un problème de conjugaison dans la première phrase. Le rédacteur a pensé que la foule impliquait plusieurs personnes et a donc écrit au pluriel.

De même pour « L’équipe de rédaction a bien travaillé. Elles ont livré les textes pour le journal ».

Une rédaction bien formulée pour la 2e phrase serait : « Elle a livré les textes pour le journal ».

5. L’utilisation incorrecte de la ponctuation est une faute de syntaxe

La ponctuation est importante ! Les erreurs de ponctuation peuvent être très gênantes et même changer le sens d’une phrase. En particulier, il ne faut pas utiliser inconsidérément les virgules : il ne doit y en avoir ni trop ni trop peu.

N’oubliez pas de mettre une espace avant et après les signes doubles (point d’interrogation, point d’exclamation, deux points, point virgule).

Il peut y avoir plusieurs niveaux de guillemets et de parenthèses. Il faut alors utiliser deux types de guillemets, les « guillemets français » et les « guillemets anglais » et combiner les parenthèses et les crochets.

6. La confusion entre « ces » et « ses »

Ce sont deux homophones que l’on peut facilement confondre lors de l’écriture.

« Ces » est un déterminant démonstratif qui fait référence à des objets ou des personnes spécifiques et éloignés de la personne qui parle. Par exemple : « Ces fleurs sont magnifiques ».

« Ses » est un déterminant possessif qui indique la possession ou l’appartenance, et se réfère à quelque chose qui appartient à une personne ou à un objet spécifique. Par exemple : « Elle a oublié ses clés ».

Pour différencier ces deux homophones, il suffit de retenir que « ces » réfère à quelque chose de spécifique et éloigné, tandis que « ses » indique la possession de quelqu’un. Toutefois, n’oubliez pas que c’est le contexte qui vous indiquera le bon choix. En effet, écrire « Ses fleurs sont magnifiques » ou « Elle a oublié ces clés » peut être tout à fait correct !…

7. La confusion entre « ça » et « sa »

Cette confusion est assez courante en français, car les deux mots se prononcent de la même manière mais ont des significations différentes.

« Ça » est un pronom démonstratif neutre qui remplace souvent un objet ou une idée, par exemple : « Regarde ça ! » ou « Je ne comprends pas ça ». C’est l’équivalent de « cela » ou « ceci ». On peut également l’utiliser pour parler d’une situation ou d’un événement : « Ça va bien » ou « Comment ça s’est passé ? »

« Sa » est un déterminant possessif féminin singulier. Il précède un nom pour indiquer que quelque chose appartient à une personne, par exemple : « Sa voiture est rouge » ou « J’aime sa maison ».

Pour éviter cette confusion, il est recommandé de faire attention au contexte et de se rappeler que « ça » remplace souvent un objet ou une idée. En revanche, « sa » indique la possession.

8. La confusion entre « ce » et « se »

Là aussi, la confusion entre « ce » et « se » est courante en français car les deux mots se prononcent de la même manière.

On utilise « ce » pour désigner quelque chose ou quelqu’un. Exemple : Ce plat est facile à préparer.

« Se » est un pronom réfléchi qui indique que l’action du verbe se répercute sur le sujet lui-même. Exemple : Il se lave.

On utilise « ce » comme démonstratif, tandis que « se » est un pronom réfléchi. La clé pour les distinguer est de se rappeler que « ce » est suivi d’un nom et que « se » est utilisé avec un verbe, pour indiquer une action réfléchie.

9. Les erreurs d’accord du participe passé

L’accord du participe passé est une règle de grammaire qui consiste à accorder le participe passé avec le sujet ou le complément d’objet direct lorsque celui-ci est avant le verbe. On écrira donc « J’ai mangé la pomme », mais « La pomme que j’ai mangée ». On accorde aussi le participe passé en genre et en nombre avec le sujet lorsque l’on conjugue le verbe avec l’auxiliaire être. Par exemple, « Elle est arrivée tard », mais « Elles sont arrivées tard ».

Repérer toutes les fautes de syntaxe

10. L’omission de la négation

L’omission de la négation est une erreur linguistique courante dans laquelle on oublie de mettre un mot ou une expression négative dans une phrase. Cela peut entraîner une confusion dans le sens de la phrase.

Par exemple, si on dit « Je ne veux pas manger de la soupe » mais qu’on omet de dire « ne pas », cela donne « Je veux manger de la soupe ». On a alors une signification complètement à l’opposé de ce que l’on voulait initialement.

Cela peut être le résultat d’une distraction, d’une mauvaise formulation de la phrase, d’un manque de concentration ou simplement d’une erreur d’inattention.

D’autre part, écrire une négation en omettant le mot « ne » est incorrect. Même si le sens demeure, il ne faut pas écrire « Je veux pas manger de la soupe ».

11. Le mauvais placement des adverbes

Les adverbes sont des mots que l’on utilise pour modifier un verbe, un adjectif ou un autre adverbe et préciser le sens de la phrase. Leur placement incorrect peut altérer le sens de la phrase ou la rendre confuse pour le lecteur (ou l’auditeur).

Pour éviter le mauvais placement des adverbes, il est important de comprendre quelques règles générales :

  1. Les adverbes de manière (par exemple : doucement, rapidement) se trouvent généralement placés après le verbe principal, sauf s’il y a un auxiliaire ou un verbe modal, auquel cas ils se placent devant le verbe principal.

Exemple : Il devrait conduire doucement. (L’adverbe « doucement » est après le verbe principal « conduire ».)

  1. Les adverbes de fréquence (par exemple : souvent, rarement) se placent généralement après le verbe principal.

Exemple : Je vais souvent à la plage. (L’adverbe « souvent » est après le verbe principal « vais ».)

  1. Les adverbes de temps (par exemple : hier, demain) se placent généralement au début ou à la fin de la phrase.

Exemple 1 : Hier, j’ai rencontré un ami. (L’adverbe « hier » est au début de la phrase.)

Exemple 2 : Je viendrai te voir demain. (L’adverbe « demain » est à la fin de la phrase.)

Notez que ces règles peuvent varier en fonction du contexte et du style de la langue. Un correcteur professionnel saura vous conseiller le meilleur placement des adverbes.

12. L’utilisation incorrecte du conditionnel est une faute de syntaxe

Le temps verbal est utilisé incorrectement, n’est pas cohérent avec le contexte ou est utilisé de manière inappropriée. Voici des exemples d’utilisation incorrecte du conditionnel :

  1. « Si j’aurais eu plus de temps, je l’aurais fait. » (Incorrect)
    Correction : « Si j’avais eu plus de temps, je l’aurais fait. » (Astuce mnémotechnique : « Les si n’aiment pas les ré »)
  2. « Ce serait mieux si tu seras plus ponctuel. » (Incorrect)
    Correction : « Ce serait mieux si tu étais plus ponctuel. » (si on emploie le conditionnel, il faut exprimer la condition à l’imparfait, ou au plus que parfait)

13. La mauvaise utilisation des prépositions

La confusion des prépositions est un phénomène linguistique courant. Les prépositions sont des mots que l’on utilise pour établir des relations entre les différents éléments d’une phrase, comme le lieu, le temps, la cause, etc.

Les erreurs de prépositions sont des fautes de syntaxe qui peuvent se produire lorsque l’on ne connait pas les règles grammaticales spécifiques à chaque préposition, ou lorsque l’on confond des prépositions similaires.

Une confusion courante est celle des prépositions « sur » et « à ». Souvent, on entend dire ou on lit : « Je travaille sur Marseille ». C’est incorrect ! Il faut dire, ou écrire : « Je travaille à Marseille ». On utilise la préposition  « sur » pour indiquer une position sur une surface (« Le livre est sur la table »), tandis que « à » indique une destination ou une direction (« Je vais à l’école »).

On confond également « pour » et « pendant ». On voit ou on entend « Je suis allé à Paris pour deux jours », au lieu de « Je suis allé à Paris pendant deux jours ».

Il ne faut pas utiliser la préposition « à » après le verbe « pallier ». On ne doit pas écrire « J’ai dû pallier à son incompétence » mais « J’ai dû pallier son incompétence ».

Enfin, « Ce n’est pas de ma faute » est incorrect. Il faut écrire, et dire, « Ce n’est pas ma faute ».

14. Les erreurs de concordance des temps

Ce sont des fautes de syntaxe courantes. Le temps des verbes utilisés dans une phrase ne correspond pas ou n’est pas cohérent avec celui des autres verbes ou éléments de la phrase. Cela peut créer une confusion pour le lecteur ou l’auditeur et rendre la phrase grammaticalement incorrecte.

  1. Erreur de concordance des temps entre le verbe principal et le verbe subordonné :
    • « Il faut qu’il a fait ses devoirs. » (incorrect)
    • Correction : « Il faut qu’il ait fait ses devoirs. » (il faut utiliser le subjonctif pour exprimer une obligation)
  2. Erreur de concordance des temps entre le verbe principal et le complément :
    • Incorrect : « J’irai au cinéma hier soir. »
    • Correct : « Je suis allé au cinéma hier soir » ou « J’irai au cinéma demain soir ».

15. Les grands classiques des fautes de syntaxe à ne pas oublier

« Malgré que » est strictement interdit, sous peine d’excommunication ! Il vaut mieux utiliser des locutions telles que « bien que », « quoique » ou « malgré le fait que » pour exprimer une opposition.

Par exemple, « Bien que je sois fatigué, je vais continuer à travailler. » « Malgré le fait qu’il pleuve, nous irons nous promener. »

On ne peut pas utiliser indifféremment « Je me souviens » et « Je me rappelle ».

Il ne faut surtout pas écrire « Je me souviens que j’ai joué au baseball quand j’étais enfant » mais plutôt « Je me souviens d’avoir joué au baseball quand j’étais enfant ».

De même, on écrira « Je me rappelle avoir laissé mes clés sur la table de la cuisine ce matin », et surtout pas « Je me rappelle d’avoir laissé mes clés sur la table ».

En conclusion

Les fautes de syntaxe ont un impact significatif sur la clarté et la compréhension d’un texte. Elles entraînent des malentendus, des ambiguïtés et une perte de crédibilité pour l’auteur. Il est donc primordial de faire preuve de rigueur et de maîtrise de la syntaxe afin de transmettre efficacement vos idées et messages. L’utilisation d’outils de relecture et de correction, le recours aux services d’un correcteur professionnel, ainsi que la pratique régulière de l’écriture, peuvent grandement contribuer à améliorer votre compétence syntaxique. En évitant ces erreurs, vous pouvez enrichir vos écrits et garantir une meilleure communication avec vos lecteurs.